Facebook Twitter Flickr RSS

Gratuité des transports scolaires en Savoie

enfant3

 

Communiqué de presse : 17 Février 2014

Pour le maintien de la gratuité des transports scolaires.

 

La FCPE de Savoie réaffirme son attachement à la gratuité des transports scolaires.

Suite au vote du budget du Conseil Général de Savoie le 3 février, la FCPE Savoie constate et regrette la mise en place d'une tarification des transports scolaires qui impose aux familles une contribution, fonction du quotient familial et du nombre d'enfants, allant jusqu'à 140 € par enfant ou 350 € pour 3 enfants.

L'étude de la grille tarifaire proposée par le Conseil Général, remaniée pendant le vote des élus, révèle certaines incompréhensions et pousse à se demander si la fixation des prix n'a pas été faite au doigt mouillé et sans études sérieuses préalables. En effet la tranche la plus haute de cette grille est celle dont les familles ont un quotient familial de 750, ce qui correspond à un revenu annuel de 25 600€ pour un foyer de deux enfants, soit l'équivalent de deux SMIC. Sachant que le revenu moyen annuel en Savoie est de 18 300 € par foyer (source INSEE), c'est donc la majeure partie des familles qui se retrouveront dans la tranche haute de la grille tarifaire.

Non, à deux smic par mois, on n'est pas riche !

Les parents, souvent jeunes actifs, ne sont pourtant pas dans la période de vie des revenus les plus hauts, sans parler des familles monoparentales, divorcées, recomposées... L'environnement économique actuel génère la précarité pour beaucoup d'entre eux, les contraintes budgétaires sont de plus en plus fortes. 240 € pour un foyer de 2 enfants, c'est le montant de la consommation en santé ou en habillement. Non, aller à l'école ne doit pas être une charge pour les familles !

La Savoie n'est pas un département comme les autres, sa configuration montagnarde pose le problème des transports comme un élément essentiel de condition de vie pour ses habitants, sa dominante rurale a poussé au développement des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI). Les zones les plus éloignées des centres urbains sont celles dont les habitants ont le plus faible revenu et qui ont le plus besoin de solutions de transports. En faisant payer ces familles, les conseillers généraux accentuent les inégalités territoriales.

Non, les habitants des vallées ne sont pas des consommateurs abusifs de transports !

Le prix du transport risque de peser sur les choix d'orientation des élèves. En effet, les familles seront contraintes de prendre en compte ce budget dans le choix des établissements en fonction de la proximité de leur lieu de travail ou des solutions disponibles et pas seulement en fonction de l'avenir de leurs enfants. Certains établissements perdront des élèves, cela pèsera sur la carte scolaire. Non, l'avenir de nos enfants ne doit pas dépendre de leur origine sociale ou de leur lieu de vie !

Les lois d'application du Grenelle de l'environnement obligent les élus à développer en priorité les transports collectifs. Or, faire payer les parents un montant excessif va les détourner des transport en commun et mettre sur les routes de nos villes et de nos vallées plus de voitures, avec pour conséquences plus de pollution, plus d'encombrements sur les routes et à proximité des établissements scolaires, plus de risques d'accidents. Non, la priorité la sécurité et à l'environnement n'est pas un luxe !

Le service rendu n'est pas celui attendu.  Avant le vote, on nous a parlé de contreparties, où sont elles ? Les tarifs des transports du Conseil Général sont quasiment alignés sur les abonnements aux transports urbains des grandes agglomérations de Savoie. Comment peut on, sans se moquer du monde, comparer les 4 arrêts quotidiens des lignes scolaires avec celles des réseaux de bus des villes, en terme de fréquences, pendant et hors période scolaires, de couvertures géographique, de destinations desservies ? 

Non, les parents hors agglomération ne sont pas des dupes !

Nous interpellons les élus du Conseil Général de Savoie : l'école doit être une priorité. Sur cette planète globalisée, l'économie de la connaissance est notre seule voie de salut. Cette réforme remet en cause l'égalité des chances.

Nous sommes au regret de constater que le vote quasi unanime contre cette réforme du Conseil Départemental de l'Education Nationale (regroupant notamment les principaux syndicats enseignants, la Ligue de l'enseignement, les DDEN et les parents d'élèves) n'ait pas été entendu.

Les transports scolaires représente 23 M€ sur un budget global de plus de 500 M€.

 

 

La FCPE de Savoie demande le retrait de la tarification des transports scolaires ; elle demande une étude sérieuse de son impact sur les familles et des mesures plus justes de soutien à la gratuité.

 

 

Chambéry, le 17 février 2014